Un de chute pour le RCA, piégé à Compiègne

Jean-Rémy Barbieux peut râler: le Racing a commis trop d’erreurs pour ne pas perdre chez le dernier. PHOTO ARCHIVES PASCAL BONNIERE

Clément Rollet n’est certes pas devin, mais il avait mis en garde tout son monde contre un éventuel excès de confiance par rapport à la lanterne rouge. Et le RCA a concédé sa première défaite de la saison, samedi soir à Compiègne… « Dès vendredi soir, précise le coach arrageois, j’avais quelques doutes. » Des doutes qui se sont traduits par un jeu intermittent lors d’un match en déplacement. « Ce sont des problèmes récurrents actuellement. On n’a toujours pas réussi de match référence à l’extérieur, mais surtout on est incapable de faire la différence quand c’est possible. » Car si les équipiers de Jean-Michel Carlier réussirent une entame plus que correcte (5-8), ils durent vite baisser pavillon. « Compiègne a accéléré le jeu devant notre défense qui est restée passive. » Arras eut pourtant l’occasion de prendre la poudre d’escampette, mais fut rattrapé par ses vieux démons. « On rate des buts immanquables, alors qu’on a travaillé les duels toute la semaine, et surtout on perd un nombre importants de balles. » Au retour des vestiaires, les deux formations se livrèrent alors un mano à mano très tendu. « On reste ensemble pendant quinze minutes, avant de retrouver nos esprits. » Sous l’impulsion de Rémi Evrard, Arras mena de deux buts à dix minutes du terme. « C’est certainement là qu’on perd le match, estime Clément Rollet. On a plusieurs ballons pour passer à +3, mais soit on les perd, soit on fait de mauvais choix. » Compiègne se remit dans le match, porté par un public chaud bouillant.

Les joueurs de l’Oise égalisèrent d’abord puis arrachèrent la victoire. Qui est aussi la première défaite arrageoise. Clément Rollet « espère simplement qu’elle sera salutaire. Sans ressources morales ou physiques, cela devient compliqué. Et actuellement, nous n’avons que peu de marge. »Remise en question, analyse et travail seront donc au programme des joeurs du Racing. Samedi, Crépy-en-Valois, présenté comme « une équipe de poètes », est attendu salle Gambetta-Carnot. Là, il faudra que le RCA retrouve ses guerriers pour franchir l’obstacle. Si Arras reste en tête de la N3, désormais, il n’est plus seul, puisque Chaville et Livry-Gargan ont sauté sur l’occasion. • C. H.

Compiègne – Arras : 24-23 (14-13).

COMPIEGNE.- Gautier de Charnace 1, Kobsch 4, Lacombe 5, Letort 3, Rocher 2, Tétard 9.

ARRAS.- Barbieux, Gardin ; Bastard 6, Carlier 4, Delahaye, Duchatel 1, Évrard 3, Havez 7, P-M. Naux 1, S. Naux 1, Renner, Wrazidlo.

Commentez cette publication

%d blogueurs aiment cette page :